Actualité > Focus sur...

Focus sur...

©J.Deya-DroitsUrgence

[ 9 février 2017 ] Imprimer

Droits d’urgence pour l’accès au droit

L’association Droits d’urgence lutte depuis plus de 20 ans contre l’exclusion par l’accès au droit. Son objet est d’« aller à la rencontre des personnes en situation d’exclusion pour aller au-devant de la demande de droit, et faire échec au phénomène d’isolement et de résignation ». Jérôme Giusti, son président, a bien voulu répondre à nos questions.

Dans quels domaines juridiques intervient Droits d’urgence ?

Depuis plus de 20 ans, Droits d’urgence a fait le choix d’assurer des permanences juridiques généralistes. Les situations des usagers sont en effet complexes, d’un point de vue juridique mais également social. L’équipe de Droits d’urgence met à profit son expertise et sa technique pour mettre le droit à la portée de chacun.

Le droit des étrangers représente une part importante de notre activité (demandes de titre de séjour, regroupement familial, recours contre décisions de refus et obligations de quitter le territoire français…) mais nous intervenons également en droit du logement (expulsions, litiges locatifs, DALO), en droit de la famille et des personnes (filiation, adoption, autorité parentale, divorce et séparation, mesures enfants, protection des personnes et état civil), en droit social (droit du travail et protection sociale), droit pénal, droit de la consommation ou encore en droit bancaire. 

Comment se traduit concrètement l’intervention d’un juriste consultant d’accès au droit de l’association ?

Les juristes consultants d’accès au droit assurent des permanences juridiques gratuites généralistes directement dans les lieux fréquentés par les personnes exclues et démunies : centres d’hébergement, hôpitaux, centres sociaux, structures d’accès au droit, bureau d’aide juridictionnelle. Il s’agit pour nous de rester au plus près des personnes, de faire émerger la demande de droit en écoutant, en informant, et en accompagnant dans les démarches. L’information juridique n’est en effet pas suffisante et nous nous devons d’aller au-delà : en accompagnant les usagers dans l’exercice même du droit. La mission des juristes s’effectue en lien étroit avec celle des chargés d’accueil et de médiation sociale des Points d’accès au droit et Maisons de Justice et du Droit, qui jouent un rôle clef dans l’aide apportée aux usagers : en démêlant les nœuds juridiques tout en étant confrontés à la détresse et la colère, leur fonction est également déterminante.

Comment sont financées vos actions ?

Nous bénéficions majoritairement du soutien financier de partenaires publics (Ville de Paris, Ministère de la justice…), notamment dans le cadre de la gestion des Points et Relais d’accès au droit. Nos actions sont également soutenues par des partenaires privés, tels que la Fondation Abbé Pierre, la Fondation EDF, ou encore des cabinets d’avocats.

Qu’est-ce que DroitDirect.fr ?

DroitDirect.fr est le projet de première plateforme numérique d’accès aux droits fondamentaux généraliste, collaborative, interactive et géolocalisée. Notre projet a été récompensé du label La France s’engage, qui nous permet d’accélérer son développement. Avec DroitDirect.fr, nous souhaitons permettre à chaque usager de droit et chaque aidant (travailleurs sociaux, bénévoles, administrations…) d’être situé dans un parcours de droit global avec une finalité claire : que chacun, à un instant T, puisse savoir quoi faire, vers qui se tourner, et à quel moment. Encore trop de personnes sont éloignées du droit : le numérique est aujourd’hui un enjeu majeur pour lutter contre l’exclusion.

Le questionnaire de Désiré Dalloz

Quel est votre meilleur souvenir d’étudiant ? Ou le pire ?

J’étais élève-avocat et avais choisi de faire mon « stage externe », hors cabinet d’avocats, au dispensaire de Médecins du Monde, avenue Parmentier. J’y ai découvert l’action de Droits d’urgence, toute jeune association à ce moment-là. J’ai alors pris conscience que comme les médecins, les avocats devaient mettre leur pratique au service des plus démunis, de façon structurée, collective et militante. Cela fait maintenant plus de 20 ans que je suis bénévole à Droits d’urgence.

Quel est votre héros de fiction préféré ?

Le père Goriot. Ce roman de Balzac décrit la chute sociale d’un homme qui quittant un beau quartier, fait le choix d’une pension de famille et ne pouvant plus s’acquitter du prix d’une belle chambre du 1er étage, meurt dans une mansarde. Pour l’amour de ses filles, qui ne le lui rendront pas. Derrière chaque personne que nous accompagnons, il y a une histoire personnelle. Ne jamais l’oublier. Ne pas juger, comprendre et aider. 

Quel est votre droit de l’homme préféré ?

Le droit d’association, bien entendu ! C’est un droit formidable qui permet à tous de s’engager dans la cité, de façon désintéressée et collective. 

 

Auteur :M. B.


La Sélection du Mois

 

 À vos marques, prêts, PARTIELS ! 
 3 collections de pointe pour vos révisions en droit !

  • Rédaction

    Rédacteur en chef :
    Denis Mazeaud

    Rédactrice en chef adjointe : Christelle de Gaudemont

    Chefs de rubriques :

    Le Billet : 
    Mathias Latina, Denis Mazeaud, Mustapha Mekki, Frédéric Rolin

    Droit privé : 
    Sabrina Lavric, Benoit Geniaut, Maëlle Harscouët de Keravel, Merryl Hervieu, Caroline Lacroix

    Droit public : 
    Vincent Bouhier, Christelle de Gaudemont

    Focus sur ... : 
    Marina Brillié-Champaux, Anaïs Coignac

    Illustrations : utilisation de la banque d'images Fotolia.