Actualité > Le billet

Le billet

[ 13 février 2012 ] Imprimer

De l’humour en procès au procès en humour : peut-on rire de tout ?

Le lecteur assidu des chroniques judiciaires des plus grands quotidiens peut observer, depuis quelques années, une recrudescence des actions en justice engagées contre les humoristes. Le juriste curieux peut, également, remarquer que certains juges ne manquent pas d’humour lorsqu’ils entendent faire passer un message souvent inscrit entre les lignes de leur décision de justice. Se pose alors cette question qui remonte à la nuit des temps et qu’un sujet de baccalauréat avait pu remettre à l’honneur : peut-on rire de tout ? À cette question, Pierre Desproges répondait : oui « (…) mais pas avec n’importe qui » (P. Desproges). Cette réponse pleine d’esprit se confirme-t-elle à l’analyse ?

S’agissant du procès de l’humour, chaque humoriste a son propre style qui plaît à certains et déplaît à d’autres : le provocateur, le vulgaire, le cassant, le burlesque, l’engagé, l’intellectuel, le populaire. Tous sont différents mais réunis par un principe : la liberté d’expression. Que l’humoriste s’exprime par le biais de marionnettes, par un dessin, un sketch, une parodie, un édito ou une chronique, il use de sa liberté d’opinion et de sa liberté d’expression. Tant et si bien que lorsque les humoristes s’expriment, le droit veille à les protéger des actions intempestives engagées par ceux qui se sentent visés par leurs propos acides. Ainsi du jeu normal de l’article 1382 du Code civil, évincé et remplacé par l’exigence d’une faute caractérisée lorsqu’il est question d’une œuvre satirique (Ass. plén. 12 juill. 2000). La parodie de marques est aussi protégée, seule une atteinte disproportionnée constitutive d’un abus serait susceptible de venir limiter l’exercice d’une telle liberté (Civ. 2e civ., 19 oct. 2006). La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH 7 déc. 1976, Handyside c. Royaume-Uni) et les juridictions françaises consacrent ainsi un véritable droit à l’humour, et sont parfois relayées par certaines dispositions législatives (v. par ex. art. L. 122-5, 4° CPI). Le rire n’est pas offense, il est le symbole de la comédie humaine.

Or, ce droit à l’humour pourrait être aujourd’hui menacé par la multiplication des actions judiciaires engagées par des individus ayant une certaine notoriété ou par des associations se faisant un point d’honneur à défendre des Grandes causes ? Les propos des humoristes, bénéficiant de cette caisse de résonance que sont les médias en général et Internet en particulier, ne sont plus aujourd’hui à l’abri d’une assignation en justice. Il suffit de citer, de manière non exhaustive, les affaires Guillon, Zemmour, Timsit, pour ne prendre que les plus récentes. Souvent, heureusement, l’humoriste remporte son procès. Ainsi de la parodie de Tintin, validée par un arrêt de la cour d’appel de Paris du 18 février 2011. Depuis février 2012, c’est Christophe Alévêque, humoriste de la bande de Ruquier, qui est sous les feux des projecteurs. L’humoriste est poursuivi par Zinedine Zidane pour des propos vulgaires tenus lors de différentes émissions de radio et télévisées, propos par lesquels il dénonçait la dérive commerciale du joueur de football devenu, selon lui, un simple produit.

Indépendamment des cas particuliers où la haine l’emporte sur l’humour, cette dérive contentieuse est dangereuse. Elle constitue une menace pour la démocratie. L’humoriste est « un bouffon de la République ». Il est celui qui ose parler lorsque tout le monde se tait. Cela fut vrai en son temps de Molière et La Fontaine dont les propos enrobés d’humour étaient destinés à contester les abus du Clergé et ceux de la Cour du roi. D’ailleurs, dès qu’un État entend museler la liberté d’expression, ce sont les humoristes qui sont les premières victimes. Le rire est le propre de l’homme disait Aristote, dont les termes ont été repris par Rabelais. L’humoriste fait rire car il rit de l’humain et parfois de son manque d’humanité. Son discours touche en ce sens chacun d’entre nous. Susciter une réaction ou une gêne est le propre du rire. Le rire dédramatise, le rire est un exutoire, le rire est le dernier bastion de résistance lorsqu’une République appartient à une minorité d’esprits dogmatiques et bien pensants. Comme le disait Raymond Devos, « Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter ». Les motifs d’une décision rendue par le tribunal de grande instance de Paris le 9 janvier 1992 doivent rester dans tous les esprits : le bouffon « remplit une fonction sociale éminente et salutaire qui s'exerce par principe, légitimement, au détriment des puissants, des personnages publics, de ceux dont on parle ou dont les idées sont connues [et] participe, à sa manière, à la défense des libertés ». Pour toutes ces raisons, il faut encourager l’humour de son prochain.

Le mal semble plus profond encore. De nos jours, le handicap de l’humour réside dans le fait qu’il est devenu une affaire bien rentable. L’humour est un business et l’humoriste parfois un homme d’affaires. Tout le monde connaît ce passage du blues du businessman de la comédie musicale Starmania de Luc Palandon : « J’ai perdu le sens de l’humour depuis que j’ai le sens des affaires ». Un homme d’affaires gère et doit plaire à sa clientèle. Cette pression du marché produit un effet pervers sur la fonction sociale de l’humoriste menacé par le plus grand des maux : l’autocensure.

Au-delà de la fonction sociale de l’humour, il peut être pour le juge un instrument thérapeutique et prophylactique des plus utiles. Face à la fièvre contentieuse de certains plaideurs dont la folie a parfaitement été décrite par Racine (J. Racine, Les plaideurs : comédie, 1re éd., 1668), le juge n’hésite pas à faire de l’humour. La fonction du procès est d’apaiser le conflit tout en faisant accepter la décision comme légitime. Un soupçon d’humour peut y contribuer. Quel étudiant n’a pas entendu parler de ce débiteur qui avait inscrit dans sa reconnaissance de dette qu’il rembourserait son créancier à la Saint Glinglin et qui s’est vu prendre à son propre jeu par le juge qui en déduisit que la Toussaint, étant le jour de tous les saints y compris de la Saint Glinglin, devait être considéré comme le terme convenu entre les parties (Civ. 1re, 19 janv. 1983) ? Cette démarche humoristique a récemment été observée par le président du tribunal de grande instance de Paris qui, en référé, a statué le 1er juin 2011 sur une action engagée par un couple de « Secret story 3 » qui se plaignait de la diffusion d’une vidéo filmant leurs ébats amoureux, vidéo qui semble-t-il aurait, en réalité, été monnayé par l’un d’eux. Le juge pour prendre ses distances avec le fond de l’affaire, qu’il considère manifestement comme ridicule, va y mettre les formes. Un extrait suffit à saisir le ton caustique du magistrat : « É. et L. sont deux intrépides aventuriers de la médiatisation télévisée ayant illustré les meilleures heures du programme de téléréalité intitulé par anti-phrase “ Secret Story ” (saison 3) où il n'y a ni secret ni histoire, mais cependant une observation des faits et gestes des jeunes gens qui y participent sous l'œil des caméras, où le téléspectateur finit par s'attacher aux créatures qu'il contemple, comme l'entomologiste à l'insecte, l'émission ne cessant que lorsque l'ennui l'emporte, ce qui advient inéluctablement, comme une audience qui baisse ». Grâce à l’humour, le magistrat aura fait passer le message et la célébrité de ce couple aura dépassé les frontières d’une presse people en gagnant les nobles pages, parfois moins drôles, de nos plus grandes revues juridiques. N’ont-ils pas, en ce sens, trouvé ce qu’ils étaient venus chercher : une plus grande notoriété ?

Finalement, s’il faut prendre le droit au sérieux, disait R. Dworkin, ce n’est pas sans un doigt d’humour. Le rire est un poumon de la République et de la démocratique et il ne faut pas hésiter parfois à « Châtier les mœurs en riant » (Castigat ridendo mores, Molière).

 

Références

■ P. Desproges, Les Réquisitoires du Tribunal des Flagrants Délires, Tome 1, Seuil-France-Inter, nov. 2003 : « Réquisitoire contre Jean-Marie Le Pen, 28 septembre 1982 ».

 Ass. plén. 12 juill. 2000Bull. civ. n° 7, D. 2000. 463.

■ Civ. 2e, 19 oct. 2006, n°05-13.489, RLDC 2007. 35 et s., note M. Mekki.

■ CEDH 7 déc. 1976, Handyside c. Royaume-Uni, série A n° 24.

 Paris 18 févr. 2011n° 09/19272, SAS Arconsil c. Sté de droit belge Moulinsart SA.

 TGI Paris, 17e ch., 9 janvier 1992D. 1994. Somm. 195, obs. C. Bigot.

 Civ. 1re, 19 janv. 1983, n°81-15.105.

■ Article 1382 du Code civil

« Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer. »

■ Article L. 122-5 du Code de la propriété intellectuelle

« Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire : 

1° Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille ; 

2° Les copies ou reproductions réalisées à partir d'une source licite et strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, à l'exception des copies des œuvres d'art destinées à être utilisées pour des fins identiques à celles pour lesquelles l'œuvre originale a été créée et des copies d'un logiciel autres que la copie de sauvegarde établie dans les conditions prévues au II de l'article L. 122-6-1 ainsi que des copies ou des reproductions d'une base de données électronique ; 

3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source : 

a) Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'œuvre à laquelle elles sont incorporées ; 

b) Les revues de presse ; 

c) La diffusion, même intégrale, par la voie de presse ou de télédiffusion, à titre d'information d'actualité, des discours destinés au public prononcés dans les assemblées politiques, administratives, judiciaires ou académiques, ainsi que dans les réunions publiques d'ordre politique et les cérémonies officielles ; 

d) Les reproductions, intégrales ou partielles d'œuvres d'art graphiques ou plastiques destinées à figurer dans le catalogue d'une vente judiciaire effectuée en France pour les exemplaires mis à la disposition du public avant la vente dans le seul but de décrire les œuvres d'art mises en vente ; 

e) La représentation ou la reproduction d'extraits d'œuvres, sous réserve des œuvres conçues à des fins pédagogiques, des partitions de musique et des œuvres réalisées pour une édition numérique de l'écrit, à des fins exclusives d'illustration dans le cadre de l'enseignement et de la recherche, à l'exclusion de toute activité ludique ou récréative, dès lors que le public auquel cette représentation ou cette reproduction est destinée est composé majoritairement d'élèves, d'étudiants, d'enseignants ou de chercheurs directement concernés, que l'utilisation de cette représentation ou cette reproduction ne donne lieu à aucune exploitation commerciale et qu'elle est compensée par une rémunération négociée sur une base forfaitaire sans préjudice de la cession du droit de reproduction par reprographie mentionnée à l'article L. 122-10 ; 

4° La parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre ; 

5° Les actes nécessaires à l'accès au contenu d'une base de données électronique pour les besoins et dans les limites de l'utilisation prévue par contrat ; 

6° La reproduction provisoire présentant un caractère transitoire ou accessoire, lorsqu'elle est une partie intégrante et essentielle d'un procédé technique et qu'elle a pour unique objet de permettre l'utilisation licite de l'œuvre ou sa transmission entre tiers par la voie d'un réseau faisant appel à un intermédiaire ; toutefois, cette reproduction provisoire qui ne peut porter que sur des œuvres autres que les logiciels et les bases de données ne doit pas avoir de valeur économique propre ; 

7° La reproduction et la représentation par des personnes morales et par les établissements ouverts au public, tels que bibliothèques, archives, centres de documentation et espaces culturels multimédia, en vue d'une consultation strictement personnelle de l'œuvre par des personnes atteintes d'une ou de plusieurs déficiences des fonctions motrices, physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, dont le niveau d'incapacité est égal ou supérieur à un taux fixé par décret en Conseil d'État, et reconnues par la commission départementale de l'éducation spécialisée, la commission technique d'orientation et de reclassement professionnel ou la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées mentionnée à l'article L. 146-9 du code de l'action sociale et des familles, ou reconnues par certificat médical comme empêchées de lire après correction. Cette reproduction et cette représentation sont assurées, à des fins non lucratives et dans la mesure requise par le handicap, par les personnes morales et les établissements mentionnés au présent alinéa, dont la liste est arrêtée par l'autorité administrative. 

Les personnes morales et établissements mentionnés au premier alinéa du présent 7° doivent apporter la preuve de leur activité professionnelle effective de conception, de réalisation et de communication de supports au bénéfice des personnes physiques mentionnées au même alinéa par référence à leur objet social, à l'importance de leurs membres ou usagers, aux moyens matériels et humains dont ils disposent et aux services qu'ils rendent. 

À la demande des personnes morales et des établissements mentionnés au premier alinéa du présent 7°, formulée dans les dix ans suivant le dépôt légal des œuvres imprimées, les fichiers numériques ayant servi à l'édition des œuvres dont la date de dépôt légal est postérieure au 4 août 2006 sont déposés au Centre national du livre ou auprès d'un organisme désigné par décret. 

Le Centre national du livre ou l'organisme désigné par décret conserve sans limitation de date les fichiers numériques ayant servi à l'édition de ces œuvres et les met à la disposition des personnes morales et des établissements mentionnés au premier alinéa du présent 7° dans un standard ouvert au sens de l'article 4 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Il garantit la confidentialité de ces fichiers et la sécurisation de leur accès. 

Les personnes morales et les établissements mentionnés au premier alinéa du présent 7° détruisent les fichiers mis à leur disposition une fois effectué le travail de conception, de réalisation et de communication de supports au bénéfice des personnes physiques mentionnées au même premier alinéa ; 

8° La reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou d'études privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ; 

9° La reproduction ou la représentation, intégrale ou partielle, d'une œuvre d'art graphique, plastique ou architecturale, par voie de presse écrite, audiovisuelle ou en ligne, dans un but exclusif d'information immédiate et en relation directe avec cette dernière, sous réserve d'indiquer clairement le nom de l'auteur. 

Le premier alinéa du présent 9° ne s'applique pas aux œuvres, notamment photographiques ou d'illustration, qui visent elles-mêmes à rendre compte de l'information. 

Les reproductions ou représentations qui, notamment par leur nombre ou leur format, ne seraient pas en stricte proportion avec le but exclusif d'information immédiate poursuivi ou qui ne seraient pas en relation directe avec cette dernière donnent lieu à rémunération des auteurs sur la base des accords ou tarifs en vigueur dans les secteurs professionnels concernés. 

Les exceptions énumérées par le présent article ne peuvent porter atteinte à l'exploitation normale de l'œuvre ni causer un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l'auteur. 

Les modalités d'application du présent article, notamment les caractéristiques et les conditions de distribution des documents mentionnés au d du 3°, l'autorité administrative mentionnée au 7°, ainsi que les conditions de désignation des organismes dépositaires et d'accès aux fichiers numériques mentionnés au troisième alinéa du 7°, sont précisées par décret en Conseil d'État. »

<nota></nota></nota><//nota>

 

Auteur :Mustapha Mekki


  • Rédaction

    Directrice de la publication-Présidente : Sylvie Faye
    Directrice des éditions : 
    Caroline Sordet
    N° CPPAP : 0122 W 91226

    Rédacteur en chef :
    Maëlle Harscouët de Keravel

    Rédacteur en chef adjoint :
    Elisabeth Autier

    Chefs de rubriques :

    Le Billet : 
    Elisabeth Autier

    Droit privé : 
    Sabrina Lavric, Maëlle Harscouët de Keravel, Merryl Hervieu, Caroline Lacroix, Chantal Mathieu

    Droit public :
    Christelle de Gaudemont

    Focus sur ... : 
    Marina Brillié-Champaux

    Le Saviez-vous  : 
    Vincent Arribat

    Illustrations : utilisation de la banque d'images Getty images.

    Nous écrire :
    actu-etudiant@dalloz.fr